Assurance vie : Comment ça marche ? [Guide]

0
182

Informations détaillées

Présentation

Le recours à une assurance vie est une chose courante, mais peu de gens connaissent les aboutissants de ce système. En clair, cette forme d’assurance permet de garantir le versement d’une certaine somme d’argent par la société d’assurance lorsque survient un événement lié à l’assuré, que ce soit lié à son décès ou à sa survie. Autrement dit, dans un délai prédéterminé dans le contrat d’assurance, le bénéficiaire d’une assurance vie reçoit une rente si l’assuré décède ou non. L’assurance vie est alors un double contrat : l’assurance décès et l’assurance en cas de vie. De ce fait, lors de la souscription d’une telle assurance, on doit déterminer à l’avance la durée du contrat qui sera reconductible ou non.

Parallèlement à cela, un contrat d’assurance vie permet de constituer un capital. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il est possible de souscrire un ou plusieurs contrats d’assurance vie. Mais en plus, outre le placement initial, il est aussi possible d’effectuer des versements, suivant la capacité financière du souscripteur. Dans le cas d’une assurance vie, le souscripteur peut à tout moment récupérer son capital.

Cependant, au regard de la loi, sachez qu’il y a quatre parties prenantes dans un contrat d’assurance vie, il faut alors faire une distinction entre le souscripteur, l’assuré, le bénéficiaire et l’assureur.
Tout d’abord, il y a le souscripteur ; par définition, c’est celui qui s’engage envers l’assureur à payer la prime. Cette personne signe la police d’assurance. Mais c’est aussi le souscripteur qui fait le choix de la personne qui bénéficiera du capital en cas du décès de l’assuré ; concernant l’assuré, sachez que selon la loi, c’est la personne qu’on souscrit pour le contrat d’assurance vie, mais c’est aussi cette personne qui doit remplir le questionnaire médical avant la souscription du contrat ; sachez qu’habituellement, le souscripteur est le bénéficiaire de l’assurance, en cas de survie de l’assuré.

Mais en cas de décès, le bénéficiaire sera celui désigné par le souscripteur. Le bénéficiaire peut être désigné directement avec son nom dans le contrat, ou indirectement pour le conjoint et les enfants. Cependant, le bénéficiaire peut être à la fois l’assuré et le souscripteur. Et pour l’assureur, ce sont les sociétés d’assurance qui se proposent devant la loi d’être l’assureur d’un contrat d’assurance vie.

Par ailleurs, selon la loi du 17 décembre 2007 qui régit l’assurance vie, l’assureur doit, dans un délai d’un mois, procéder au versement de la garantie lorsque le bénéficiaire est identifié, sous peine de se voir appliquer des sanctions financières.

A savoir :

L’assurance vie bénéficie d’un cadre fiscal avantageux en matière de droits de succession. Elle permet également de faire fructifier des fonds sur le long terme : retraite, investissement immobilier, etc.

Autres assurances

Pour préparer leur future retraite, de plus en plus de Français se tournent vers l’assurance vie. C’est aujourd’hui le produit financier le plus courant en France. Pour bien choisir son assurance-vie, quelques éléments importants doivent être pris en compte.

Choisir le bon conseiller en assurance

Il faut tout d’abord se diriger vers un bon assureur, c’est-à-dire qu’il soit réactif dans la gestion du contrat et capable de proposer des produits avec des rendements intéressants. A savoir qu’il n’est pas possible de transférer un contrat d’assurance-vie d’un établissement à un autre sans perdre les avantages fiscaux déjà acquis. Pour gérer son contrat plus facilement, il est préférable d’opter pour des produits multigestionnaires et multisupports.

Savoir de quoi l’on parle

Il faut également connaître le montant des frais d’entrée et savoir à quoi ils correspondent exactement dans le suivi du contrat. Attention aux organismes qui ne font pas payer de droits d’entrée car ils peuvent par la suite facturer des frais de sortie, des frais qui peuvent s’avérer très coûteux en cas de rachats partiels programmés. L’option de la rente viagère dans le but de générer un complément de retraite n’est pas des plus intéressantes. De plus, l’assurance-vie peut présenter plus ou moins de risque en fonction du type de contrat établi. Il y a toujours une partie de ce support exprimée en euros tandis que l’autre varie en fonction de la bourse. Pour un placement sécuritaire, il faut donc privilégier un support en euros plus élevé. Sachant que l’assurance-vie est un placement sur le long terme, pour les personnes étant encore loin de l’âge de la retraite, il est plus judicieux de privilégier l’investissement en bourse.

Les contrats mutigestionnaires

La question de posséder plusieurs contrats d’assurance-vie peut aussi être évoquée. Cette idée peut être intéressante, mais les contrats multigestionnaires offrent aussi de nombreux atouts avec des options d’investissements suffisamment larges.

Pour bien choisir son contrat d’assurance-vie, il ne faut pas hésiter à pousser plusieurs portes et à comparer les différents contrats proposés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici